formation auxiliaire ambulancier
Formations Continues » Formation » Formation auxiliaire ambulancier : le guide pour réussir

Formation auxiliaire ambulancier : le guide pour réussir

Mise à jour le 13 juillet 2023

Le métier d’auxiliaire ambulancier est essentiel dans le secteur des soins médicaux d’urgence. Pour exercer cette profession, il est nécessaire de suivre une formation spécifique. Découvrez ici les étapes à suivre pour décrocher votre attestation et intégrer ce métier passionnant.

Comprendre le rôle de l’auxiliaire ambulancier

L’auxiliaire ambulancier travaille en binôme avec l’ambulancier diplômé d’État (DEA) pour assurer le transport de patients vers les structures de soins ou leur domicile. Il a plusieurs missions :

  • Aider au confort du patient : installer et désinstaller la personne, surveiller son état pendant le trajet;
  • Assister l’équipe médicale sur place, notamment lors des interventions d’urgence;
  • Maintenir le matériel : vérifier et nettoyer les équipements;
  • Participer à la gestion administrative du véhicule : remplir les documents nécessaires.

Pour exercer ces missions, il doit avoir des compétences techniques, relationnelles et savoir travailler en équipe.

Les pré-requis pour être auxiliaire ambulancier

Pour devenir auxiliaire ambulancier, il faut respecter certaines conditions :

  1. Avoir au moins 18 ans : Il n’est pas possible de commencer cette formation avant d’avoir atteint la majorité légale.
  2. Détenir le permis B : Les candidats doivent avoir obtenu leur permis de conduire depuis au moins trois ans et posséder une expérience professionnelle liée à la conduite d’au moins un an.
  3. Réaliser un certificat médical : Un médecin doit délivrer un certificat attestant de la capacité du candidat à exercer la profession d’auxiliaire ambulancier, notamment en termes d’aptitudes physiques et mentales.
  4. Avoir un casier judiciaire vierge : Il est impératif de ne pas présenter de condamnations incompatibles avec l’exercice des fonctions d’auxiliaire ambulancier.
  5. Effectuer une formation spécifique : Les candidats doivent suivre la formation prévue pour les auxiliaires ambulanciers, qui comporte à la fois des enseignements théoriques et pratiques.
pré-requis pour être auxiliaire ambulancier

La formation d’auxiliaire ambulancier

La formation d’auxiliaire ambulancier se déroule en général sur une durée de 70 heures réparties en deux parties :

  • La partie théorique : Elle comprend des cours sur les gestes de premiers secours, le transport sanitaire, les règles d’hygiène et de sécurité, ainsi que la psychologie du patient.
  • La partie pratique : Elle permet de mettre en application les connaissances acquises lors de la partie théorique et peut être effectuée au sein d’une entreprise de transports sanitaires ou dans un centre de formation.

À l’issue de cette formation, les participants sont évalués lors d’un examen final. S’ils réussissent cet examen, ils obtiennent un attestation de formation aux gestes et soins d’urgence niveau 2 (AFGSU 2), qui leur permet d’exercer en tant qu’auxiliaire ambulancier.

Les débouchés professionnels après la formation

Une fois leur formation terminée et leur attestation obtenue, les auxiliaires ambulanciers peuvent exercer au sein de diverses structures :

  • Les entreprises privées de transports sanitaires.
  • Les services d’aide médicale urgente (SAMU).
  • Les centres hospitaliers et établissements de soins.
A lire aussi  Les formations indispensables pour retrouver un emploi

Ils peuvent également choisir de se spécialiser dans un domaine particulier, comme le transport de patients en situation de handicap ou le transport pédiatrique.

Les compétences requises pour être auxiliaire ambulancier

Le métier d’auxiliaire ambulancier nécessite plusieurs compétences clés pour pouvoir s’épanouir et réussir dans ce domaine :

  1. Avoir un bon relationnel : Les auxiliaires ambulanciers sont en contact permanent avec des patients, parfois en détresse, et doivent être en mesure de communiquer avec eux de manière bienveillante et rassurante.
  2. Faire preuve d’empathie : Il est primordial de comprendre et de respecter les besoins et les émotions des patients pris en charge.
  3. Savoir travailler en équipe : Les auxiliaires ambulanciers collaborent étroitement avec les ambulanciers et autres professionnels de santé. Il est donc important de savoir travailler en synergie avec ses collègues.
  4. Réagir avec sang-froid et efficacité : Ce métier implique la prise en charge de situations d’urgence, et il est essentiel de garder son calme et d’agir rapidement pour assurer le bien-être du patient.
  5. Être rigoureux et organisé : Les auxiliaires ambulanciers doivent être très attentifs à l’hygiène et à la sécurité lorsqu’ils manipulent les patients et le matériel médical.

Le déroulement de la formation auxiliaire ambulancier

La formation se compose d’une partie théorique et d’une partie pratique. Les enseignements sont dispensés dans des centres de formation agréés.

La formation théorique

Elle dure environ 70 heures réparties sur deux semaines et aborde plusieurs thèmes :

  1. Gestes de premiers secours : apprendre les techniques de base pour porter assistance aux victimes;
  2. Hygiène et prévention des risques infectieux : comprendre les protocoles pour assurer la sécurité du patient et du soignant;
  3. Relation et communication avec le patient : développer des compétences relationnelles pour rassurer et accompagner les personnes transportées;
  4. Sécurité routière et réglementation : connaître les règles de conduite spécifiques aux véhicules sanitaires, notamment en cas d’urgence;
  5. Manipulation et entretien du matériel : savoir utiliser et entretenir les équipements présents dans l’ambulance.

La formation pratique

Elle consiste en un stage de 70 heures en entreprise, réparties sur deux semaines, au sein d’un service ambulancier. L’apprentissage se fait sous la responsabilité d’un tuteur expérimenté qui évalue le stagiaire tout au long de sa formation. Cette immersion permet d’acquérir une expérience concrète du métier et de mettre en pratique les enseignements théoriques.

L’examen final et l’attestation de formation

À l’issue de la formation, le candidat doit passer un examen écrit et oral pour valider ses compétences. L’épreuve écrite porte sur les modules étudiés lors de la formation théorique, et l’épreuve orale se base sur un cas concret rencontré pendant le stage pratique.

A lire aussi  Comment travailler dans le domaine de la comptabilité ?

Une fois l’examen réussi, l’apprenant reçoit une attestation de formation d’auxiliaire ambulancier, délivrée par le centre de formation et reconnue par l’État. Ce document est obligatoire pour exercer la profession.

Poursuivre sa carrière après la formation auxiliaire ambulancier

Après avoir obtenu votre attestation, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Intégrer un service ambulancier en tant qu’auxiliaire ambulancier;
  • Se spécialiser dans le transport de personnes à mobilité réduite;
  • Poursuivre votre formation pour devenir ambulancier diplômé d’État (DEA) et ainsi accéder à des responsabilités plus importantes.

Quelle que soit la voie choisie, ce métier offre de belles perspectives d’évolution et permet de s’épanouir professionnellement au sein du secteur médical.

Quel est le salaire d’un auxiliaire ambulancier en France ?

Le métier d’auxiliaire ambulancier est indispensable au bon fonctionnement des services de secours et de santé. Ces professionnels sont chargés d’assurer le transport et l’accompagnement des patients en état stable vers les hôpitaux et autres établissements médicaux. Mais combien gagne un auxiliaire ambulancier en France ?

Rémunération de base d’un auxiliaire ambulancier

Dans la majeure partie des cas, le salaire d’un auxiliaire ambulancier est basé sur un salaire minimum conventionnel. Ce montant est déterminé par la Convention Collective Nationale des Transports Routiers et Activités Auxiliaires du Transport (CCNTR), qui régit les conditions de travail et de rémunération pour cette profession.

Le salaire minimum conventionnel pour un auxiliaire ambulancier avec moins de deux ans d’expérience est fixé à environ 1539,42 € bruts par mois pour 35 heures hebdomadaires. Il s’agit du niveau “Débutant” selon la grille de classification de la CCNTR.

Évolution du salaire en fonction de l’expérience

L’ancienneté dans la profession a une influence directe sur le salaire. En effet, plus un auxiliaire ambulancier accumule de l’expérience, plus son salaire augmente. Voici comment évolue la rémunération en fonction de l’ancienneté :

  • 2 à 5 ans d’expérience : le salaire passe à environ 1570,62 € bruts par mois.
  • 5 à 10 ans d’expérience : le salaire atteint environ 1601,82 € bruts par mois.
  • 10 à 15 ans d’expérience : le salaire s’élève à environ 1633,03 € bruts par mois.
  • Plus de 15 ans d’expérience : le salaire peut dépasser les 1664,23 € bruts par mois.

Ces montants n’incluent pas les éventuelles majorations pour heures supplémentaires, travail de nuit, dimanches et jours fériés.

Rémunération en fonction du lieu d’exercice

Il convient de noter que le salaire d’un auxiliaire ambulancier peut également varier en fonction de la zone géographique dans laquelle il exerce. En effet, certaines régions offrent des salaires plus élevés, notamment en raison du coût de la vie ou de la demande pour ce type de professionnels.

A lire aussi  GO Global avis 2023 et l'impact mondial d'une plateforme éducative d'excellence

Par exemple, un auxiliaire ambulancier travaillant en Île-de-France peut percevoir un salaire supérieur à celui exercé en Province.

Les avantages et primes liées au métier d’auxiliaire ambulancier

En plus de leur salaire de base, les auxiliaires ambulanciers peuvent bénéficier d’avantages et primes spécifiques à leur métier. Cela peut inclure :

  • Des majorations pour heures supplémentaires.
  • Des indemnités pour travail de nuit, dimanches et jours fériés.
  • Des primes en cas d’interventions particulières ou dangereuses.
  • Une prime d’ancienneté après plusieurs années d’exercice.
  • Des avantages en nature tels que la mise à disposition d’un logement ou d’un véhicule de fonction.

Ces éléments contribuent à augmenter la rémunération globale perçue par un auxiliaire ambulancier et doivent être pris en compte lors de l’évaluation du salaire dans ce secteur d’activité.

Comparaison avec le salaire d’autres professions similaires

Pour mieux situer le salaire d’un auxiliaire ambulancier, il peut être intéressant de le comparer à celui d’autres métiers du secteur médical et paramédical. Voici quelques exemples :

  • Aide-soignant : le salaire moyen d’un aide-soignant se situe entre 1500 € et 2000 € bruts par mois, selon l’expérience et le lieu d’exercice.
  • Ambulancier diplômé d’État : le salaire moyen d’un ambulancier titulaire du Diplôme d’État d’Ambulancier (DEA) est d’environ 1800 € à 2500 € bruts par mois.
  • Secrétaire médicale : le salaire moyen d’une secrétaire médicale se situe entre 1500 € et 1900 € bruts par mois, selon l’expérience et la structure d’exercice.

Ainsi, bien que le salaire d’un auxiliaire ambulancier puisse sembler modeste par rapport à certaines autres professions du secteur médical, il convient de garder à l’esprit les spécificités de ce métier et les avantages qu’il peut offrir en termes d’emploi du temps et de conditions de travail.

S’engager dans la profession d’auxiliaire ambulancier

Pour exercer le métier d’auxiliaire ambulancier, il est nécessaire d’obtenir un certificat de capacité d’ambulancier. Cette formation courte, accessible sans diplôme préalable, permet d’acquérir les compétences nécessaires pour assurer le transport des patients en toute sécurité. Les personnes intéressées par cette carrière peuvent également se tourner vers le Diplôme d’État d’Ambulancier (DEA), qui offre une formation plus approfondie et des perspectives d’évolution professionnelle plus importantes.

Le choix d’une carrière en tant qu’auxiliaire ambulancier doit être guidé par la passion pour le domaine médical et paramédical et le désir d’aider les patients dans leur quotidien. Le salaire constitue certes un facteur important, mais il ne doit pas être le seul critère dans la prise de décision.

Un Commentaire

Les commentaires sont fermés.