Formations Continues » Aide-soignante » Quel est le salaire d'une aide-soignante en début de carrière ?

Quel est le salaire d'une aide-soignante en début de carrière ?

Mise à jour le 16 janvier 2024

Le métier d’aide-soignant est un choix professionnel passionnant et gratifiant, qui permet d’accompagner les personnes malades, âgées ou handicapées dans leur quotidien. Pour autant, l’un des points souvent soulevés lorsqu’on évoque ce métier concerne son niveau de rémunération, en particulier au début de la carrière.

Cet article propose donc de s’intéresser de plus près au salaire d’une aide-soignante en début de carrière, afin de mieux comprendre et anticiper les possibilités offertes par cette profession.

La grille salariale des aides-soignantes

Premièrement, il convient de rappeler que le salaire d’une aide-soignante dépend avant tout de la grille salariale à laquelle elle se trouve rattachée. Ces grilles sont établies selon le secteur d’emploi (public ou privé) et tiennent compte de plusieurs éléments tels que l’ancienneté du professionnel, mais aussi de son grade ou de son échelon.

Dans le secteur public

Dans le secteur public, le salaire d’une aide-soignante relève de la catégorie C de la filière soignante. À ce titre, les agents sont classés sur une échelle indiciaire allant de 1 à 12, avec des niveaux de rémunération progressifs liés à l’ancienneté. Une jeune aide-soignante débutera ainsi sa carrière dans l’échelon 1, qui lui permet d’être rémunérée au SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance), soit environ 1 540 euros brut par mois.

Dans le secteur privé

Pour les aides-soignantes travaillant dans le secteur privé, la situation varie selon les conventions collectives en vigueur. Toutefois, on peut constater que les salaires y sont généralement assez proches de ceux qu’on trouve dans le public, avec une fourchette allant de 1 530 à 1 600 euros brut en début de carrière.

L’évolution du salaire en fonction de l’ancienneté et des qualifications

Au fil des années, l’aide-soignante peut espérer bénéficier d’une hausse progressive de son salaire, grâce notamment aux augmentations liées à l’ancienneté. Dans le secteur public, cette progression s’effectue principalement à travers les différents échelons de la grille indiciaire, tandis que dans le privé, elle est généralement assujettie à des grilles conventionnelles spécifiques à chaque entreprise ou groupe d’employeurs.

La prime d’intéressement

En plus des avancements réguliers prévus par la grille salariale, il ne faut pas négliger l’impact potentiel des primes et autres gratifications qui peuvent venir s’ajouter au salaire de base. Parmi celles-ci, on peut citer la prime d’intéressement, généralement accordée aux aides-soignantes dans le secteur privé et qui correspond à une part variable de leur rémunération. L’attribution de cette prime dépend toutefois du contexte financier et des résultats économiques du groupe ou de l’établissement.

Les perspectives d’évolution professionnelle pour les aides-soignantes

Au-delà de la question salariale pure, il est aussi important de considérer les possibilités d’évolution offertes par le métier d’aide-soignant. En effet, ce dernier peut être un excellent tremplin vers d’autres fonctions plus spécialisées ou mieux rémunérées au sein du domaine médical ou paramédical.

Poursuite de la carrière en tant qu’infirmière

  • Passerelle vers la formation d’infirmière : Pour les aides-soignantes ayant quelques années d’expérience derrière elles, une option intéressante consiste à suivre une formation complémentaire afin d’accéder au statut d’infirmière. Non seulement cela permet de bénéficier d’un salaire sensiblement plus élevé, mais cela offre également plus de responsabilités, d’autonomie et de diversité dans le travail quotidien.
  • Reconnaissance des acquis et validation des études (VAE) : pour faciliter la transition vers le métier d’infirmière, certaines aides-soignantes peuvent bénéficier d’une partie de reconnaissance de leurs compétences acquises au cours de leur expérience professionnelle grâce à la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience). Cela permet notamment de réduire la durée de la formation.

Spécialisations et autres fonctions au sein du secteur médical

Ouvertes aux aides-soignantes titulaires d’un diplôme d’état, diverses spécialisations et formations complémentaires peuvent être envisagées pour élargir les compétences professionnelles et accroître le niveau de rémunération. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • La formation en hygiène hospitalière : Une option intéressante pour les aides-soignantes souhaitant se spécialiser dans la prévention des infections et la maîtrise des risques associés à l’environnement hospitalier.
  • Les formations en techniques d’animation ou d’accompagnement psychologique : Elles permettent de développer des compétences spécifiques pour exercer auprès de publics particuliers (personnes âgées, enfants, patients atteints de troubles neurologiques…).

Pour résumer, le salaire d’une aide-soignante en début de carrière est généralement modeste, mais il peut sensiblement s’améliorer avec l’ancienneté et les qualifications acquises tout au long de la vie professionnelle. En outre, ce métier offre de belles perspectives d’évolution vers des fonctions mieux rémunérées ou plus valorisantes au sein du domaine médical.